De l'œuvre singulière au bien commun