La terre de personne ou la terre d'un autre ?

Mariana Lombard (Patagonie, Argentine) est une artiste visuelle, chercheuse et professeure, étudiante candidate au master en Arts électroniques (UNTREF). Elle s'est spécialisée dans la vidéo et les arts audiovisuels. Dans ses travaux récents, elle explore les différentes histoires de la terre construites sur chaque territoire, et qui donnent lieu à différentes manières de s'y rapporter et de reproduire la vie. Elle est actuellement accueillie à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts de Bourges  (ENSA – Beaux Arts) où elle a animé un workshop autour de la notion de Terra Incognita (terre inconnue). Elle nous le raconte ici.

Qui terre a, poème a.

Avec la dénomination « terre inconnue » (1), il a été indiqué sur les cartes, au fil du temps, la présence de lieux inconnus, ignorés, peu explorés, supposés, incroyables, projetés, recherchés, étrangers, désirés.

Le workshop a repris ces idées de manière métaphorique et ouverte, proposant une série d'activités de groupe pour aborder ces terres avec sensibilité.

L'invitation à ce voyage trouve son origine dans ma reconnaissance en tant qu'habitante de terres inconnues. Je suis née et j'ai grandi en Patagonie (Argentine), une région qui, sur de nombreuses cartes anciennes (et pas si anciennes), est restée vierge ou avec diverses inscriptions qui la désignaient comme une terre inconnue ou peu explorée.

Au-delà de mon pays et de son histoire, nous interroger sur les façons d'enregistrer ou de raconter des terres inconnues nous a permis d'aborder les terres et les souvenirs de chacun des participants, ainsi que de réfléchir collectivement aux relations que nous créons avec les autres et avec nous-mêmes.

La limite

1

Nous commençons le voyage vers les « terres inconnues » en les nommant dans une autre langue.
De l'espagnol au français. Du français à toutes les langues connues des étudiants.
Un premier exercice de traduction collective d'une liste de mots associés à l'idée de « terre inconnue » nous a permis de l'aborder avant de sortir à sa recherche.

Lo desconocido
Incierto
Impensado
Inesperado
Lo Blanco
Recto
Abierto
Incompleto
Lo inexplorado : no visto, no conocido
Al borde de lo imaginable
Ignorado
Lo que está más allá del horizonte
El abismo
Escurridizo
Supuesto
Plausible
Verosímil
Especular
Increíble
Esperado
Deseado
Anticipado
Buscado
Prometido
¿ Tierra de Nadie o Tierra del Otro ?
Lo ajeno
Extraño
Extranjero
Diferente
Dónde lo propio se asoma a lo extranjero
La frontera
Del otro lado
El destierro
Lo poco o mal conocido
Lejano
Separado
Aislado
Improductivo
Indeseado
Inútil
En tensión
Opacado o demasiado iluminado
Borrado
Eliminado
Tachado
Rescrito
La Paradoja : lo presente ausente
El olvido
La sombra
El cero
El silencio
Ecos de voces sin cuerpo
La ausencia
El vacío
Lo invisible
Inmaterial
Presentido
Intuído
Inconsciente
Indecible
Intraducible
El miedo
La Soledad
La Oscuridad
La Nada

Le connu devient inconnu

3

Y a-t-il des terres inconnues à Bourges ?
Que prenons-nous comme point de référence pour tracer cette frontière entre le connu et l'inconnu ?

L'activité suivante, réalisée en petits groupes, consistait à choisir un lieu connu et inconnu dans la ville même et à aller à la rencontre des deux expériences. À son retour, chaque groupe a développé différentes cartographies (visuelles et sonores) pour enregistrer ou raconter ce qui s'est passé au départ.

De cette façon, le plan de la ville a été transformé en un espace actif et une image qui pourrait également accueillir des incertitudes et des questions sur l'inconnu. Un exercice pour reconnaître les espaces habituels (et moins fréquentés) en essayant de désactiver les modes de connaissance courants. Une invitation à marcher en groupe, avec des collègues peu connus ou directement inconnus.
Trouvez les frontières ensemble. Parcourez-les. Créez des ponts au-delà d'eux afin que d'autres puissent également traverser.

Représenter l'inconnu. Un défi pour l'imagination.

Des inconnus peuvent être imaginés, mais pas entièrement compris ou expliqués. C'est pourquoi l'imagination est la meilleure aide pour pouvoir transférer votre image vers la réalité.

La deuxième journée de travail a été consacrée à l'élaboration collective d'un livre textile de terres inconnues. Chaque étudiant a écrit un texte sur une terre inconnue qui a trouvé son image grâce à l'aide d'un autre étudiant qui était chargé de faire la cartographie sur tissu, broderie et couture.

La matérialité textile a la bonté de présenter deux faces pour un même dessin. Tout comme le connu et l'inconnu ne peuvent être séparés et sont complémentaires dans notre expérience du monde, dans notre livre nous avons un recto et un verso pour chaque cartographie.

4

5

8

9

10

Habitants de l'inconnu. Partager le silence.

Les terres inconnues représentent une limite et un défi pour la connaissance des lieux. De même, nous pourrions considérer les autres comme des terres inconnues.

11

La proposition de la dernière journée de travail consistait en un exercice de performance d'écoute et de perception de l'altérité. Deux par deux, assis l'un en face de l'autre, les étudiants ont fait l'exercice d'écoute à l'aide de microphones pour amplifier les sons de leur respiration. Habiter le paradoxe de percevoir les sons intimes en s'éloignant, de partager la complicité d'un silence impossible.

Merci aux étudiants pour la confiance qu'ils m'ont accordée.

(1) Ce workshop a été inspiré par les idées présentes dans le livre de Carla Lois « Terrae Incognitae : Modos de pensar y marear geografías desconocidas », Buenos Aires, éditions Eudeba, 2018.