Echos ruraux : quand le théâtre s'intéresse à la vie au village

Comment un village d'un département rural comme le Cher, qui ne correspond pas aux critères nationaux de rentabilité, peut-il faire face à la disparition des services publics ? Comment peut-il réagir à l'abandon de la République ? C'est ces questions que la compagnie de théâtre Les Entichés explore, pour son prochain spectacle « Echos ruraux ». Le Carroi l'a accueillie en résidence à Menetou-Salon.

C'est une méthode de travail à laquelle elles tiennent : à chaque nouvelle création, une immersion totale, concrète, dans leur sujet. C'est ainsi que Mélanie Charvy et Millie Duyé, auteures de la compagnie Les Entichés, ont débuté l'écriture de leur prochain spectacle par une résidence de quatre semaines sur les routes du Cher, à la rencontre des habitant.e.s.
Leur objectif : prendre le pouls du territoire, comprendre comment bat le coeur de sa population, ce qui la nourrit, ce qui l'anime. Les témoignages recueillis et les expériences partagées constituent une formidable matière, une base pour réfléchir, jouer, écrire, interpréter…

Des démarches multiples pour recueillir des témoignages

Mélanie Charvy énumère : « Nous avons rencontré des maraîchers bio ; nous sommes allées à La Brèche, à la Maison des services au public de Saint-Martin-d'Auxigny ; nous avons organisé des ateliers avec des lycéens et dans des bibliothèques, un stage avec les amateurs du Carroi, une lecture-dîner partagé, une exposition animée par les comédiens… Nous avons travaillé avec Menetou-Salon En Fête pour voir l'aspect associatif d'un village. Nous avons assisté à un conseil municipal, arpenté les marchés, fait des micro-trottoirs… Nous avons été voir des particuliers en menant des interviews… Nous avons vraiment multiplié les démarches ! »
Tout ou presque a été enregistré. « En février, au Carroi, nous avons dispaché les entretiens entre les comédiens pour qu'ils les écoutent et qu'ils en fassent un résumé aux autres. Ils ressortaient des problématiques qui ont servi de base à des improvisations. » Quelques semaines plus tard, durant dix jours, au Luisant de Germigny-l'Exempt, ils ont commencé à travailler sur une trame écrite.

Une question de politique en tant qu'idéal

Prochaine étape : « Avec Millie, nous allons nous isoler pendant une semaine pour retravailler cette trame, explique Mélanie Charvy. Il y a tellement de matière ! Que voulons-nous dire ? La question qui nous intéresse, c'est : comment un village en ruralité, qui ne correspond pas aux critères nationaux de rentabilité, peut vivre ? Comment les habitants s'organisent ? C'est fou, quand même : il y a des gens qui choississent de vivre en campagne mais tous les services publics s'en vont ! Pour autant, des initiatives naissent : des collectifs auto-gérés, des néo-ruraux qui créent leur activité, ceux qui participent à la dynamique en étant toujours présents aux animations proposées… Bien sûr, il y a des exclus aussi. »

lecture entichés modif
Pour avoir un regard distancié sur leur propos, Mélanie Charvy et Millie Duyé font appel à deux habitantes du Cher : Julie Verdier, de l'Epicerie sociale de Saint-Martin-d'Auxigny et Karine Sahler, de la compagnie Alaska fondée à Neuilly-en-Sancerre.
Originaire du Cher, Mélanie Charvy l'a quitté à l'adolescence, tout comme trois comédiens sur sept ont quitté leur campagne natale au moment de suivre des études. « A cet âge-là, on n'a pas le même regard. On veut partir parce qu'on s'ennuie… Même en revenant ici, avant la résidence, je crois que je n'avais pas conscience que tout ça venait de la politique, et notamment de la politique locale. Je veux dire, la politique en tant qu'idéal. »

« Il faut arrêter d'attendre le public dans nos théâtres »

Créée en 2013 en Région parisienne, la compagnie Les Entichés est désormais basée à Saint-Eloy-de-Gy, près de Bourges, et entend devenir actrice de territoire. Le spectacle « Les Echos Ruraux » participe de cette volonté, comme son partenariat avec des structures reconnues comme Le Carroi.

En juin, puis en septembre, l'équipe va à nouveau se réunir pour un travail de plateau et d'écriture. Quand le public pourra découvrir le spectacle ? Tout dépendra des subventions. Au plus tôt, dans un an ; au plus tard, en 2020. N'est-ce pas trop difficile de travailler ainsi au long cours ? « Non. Nous sommes un collectif et nous avons plusieurs spectacles à jouer. C'est d'ailleurs ce que les financeurs ont du mal à comprendre : la plupart des compagnies de théâtre déposent des demandes d'aide tous les deux ans, mais nous en déposons tous les ans, parce que nous sommes nombreux à créer. »
Pour ne pas perdre le fil, Mélanie Charvy et Millie Duyé poursuivront leur immersion et leur travail de recherches, partout où la compagnie se produira. Avec, toujours, la même motivation : « Nous devons aller à la rencontre du public et arrêter de l'attendre dans nos théâtres. Certains ne viendront jamais… sauf si nous faisons le premier pas. »

Fanny Lancelin

 

Plus

 

« Echos ruraux » de Mélanie Charvy et Millie Duyé, avec Aurore Bourgeois-Demachy, Charles Dunnet, Virginie Ruth-Joseph, Clémentine Lamothe, Aurélien Pawloff, Romain Picquart, Loris Reynaert, avec la participation d'Elizabeth Mazev.

Plus d'informations sur www.cielesentiches.com

Lire aussi dans l'onglet Archives de (Re)bonds : # 6 Prahda, l'article intitulé « Provisoires : un spectacle détonant sur la demande d'asile ».