« Une vie animée », Ron Suskind

Le titre français peine à restituer la subtilité du titre original : « Life, animated ». La virgule prend tout son sens lorsqu'on sait que ce livre parle de l'incroyable effet des films d'animation sur les capacités d'expression d'un autiste, Owen Suskind. L'auteur, son père, raconte comment les obsessions du jeune homme sont devenues les clés de sa thérapie.

Owen est le fils cadet de Ron (1) et Ophelia Suskind. Il a un frère, Walter. A l'âge de trois ans, sans raison apparente, Owen cesse progressivement de parler et de marcher. La famille consulte, le diagnostic tombe : autisme régressif.
L'enfant, comme de nombreux autres autistes, développe ce que les proches appellent une « passion » mais que les médecins nomment « obsession » : il regarde en boucle les cassettes des dessins animés de Walt Disney. Bientôt, il connaît les dialogues par coeur, sans que personne ne sache s'il en comprend le sens. Jusqu'à ce que quelques mots sortent de sa bouche : des mots provenant d'un dessin animé mais servant à exprimer une émotion propre. Puis, une phrase complète : son frère, triste le jour de son anniversaire, devait se sentir comme Mowgli ou Peter Pan puisqu'il ne voulait pas grandir… Un soir, son père saisit la marionnette de Iago, perroquet du film « Aladdin », se cache sous une couverture, et par le truchement de dialogues qu'il connaît désormais lui aussi par coeur, parvient à entrer à nouveau en contact avec son fils.
Malgré le scepticisme du médecin, la famille reprend espoir ! Et s'engouffre dans cette porte ouverte sur l'univers d'Owen. Un univers peuplé de personnages bien précis de Walt Disney : les seconds rôles, les compagnons de route des héros. « A chaque émotion, chaque situation, correspond une séquence de film », explique Ron Suskind. Dès lors, la communication redevient possible. Année après année, à partir des scenarii, Owen apprend à écrire et à lire. Il dessine aussi ses « compagnons » pour exprimer ses émotions.

Avec sa femme Cornelia, Ron Suskind a théorisé et développé la « thérapie par affinité », qu'ils promeuvent dans le monde entier. Ils sont persuadés que les obsessions des autistes ont une fonction et qu'il convient de les encourager plutôt que de les réprimer comme le conseillent souvent les médecins. En France, cette méthode a été testée avec succès auprès de groupes d'autistes, notamment par la psychopathologue Myriam Perrin. Les résultats concernent notamment le passage à des actes violents, qui cessent dès lors que les passions des autistes ne sont plus bridées.
En 2016, le livre de Ron Suskind, « Life, animated » (2) est devenu un documentaire, réalisé par Roger-Ross Williams. Nommé aux Oscar en 2017, il a reçu de nombreux prix. Il mêle témoignages face caméra, plans tournés dans la vie « réelle » d'Owen et séquences de dessins animés représentant son univers.

L'accès à la bande annonce et à la version originale du film sous-titrée en français est possible ici : https://www.youtube.com/watch?v=AK7_EjVaWz4

Plus d'informations : http://www.lifeanimateddoc.com

(1) Ron Suskind est un célèbre journaliste et écrivain américain. Spécialisé dans les « affaires » notamment au Walt Street Journal, il a reçu le Prix Pulitzer en 1995 pour une série d'articles ayant donné lieu à son premier livre, « A hope in the unseen ».
(2) « Une vie animée, le destin inouï d'un enfant autiste », éditions Saint-Simon.