Les pédagogies actives à l'école publique

« Les maîtres ouvrent la porte mais c'est à toi d'entrer. » Proverbe chinois

« Quand l'élève est prêt, arrive le maître. » Proverbe bouddhiste

« Je ne crois pas que nous devons préparer les enfants au monde de demain. Car le monde de demain, c'est eux. » Stéphanie Brillant

Une petite main posée sur une épaule. La petite main délicate de Thiya sur l'épaule de son enseignante, Julie. école st bouize 7Un geste délicat mais assuré, pour une demande d'attention qui viendra – le regard de l'enfant dit qu'elle n'en doute pas un instant – à condition de savoir patienter sereinement. J'observe la scène à quelques mètres. Je repense à Mizuki (1). Je sais que je suis à nouveau dans un lieu où le rapport entre l'adulte et l'enfant est « différent », dans un lieu où la bienveillance – c'est-à-dire la véritable attention et la véritable écoute – est placée au coeur des relations entre les êtres.
Mais je ne suis pas à l'école du Chêne Vert (1). Je suis à celle de Saint-Bouize, dans le Sancerrois. Une école tout ce qu'il y a de publique, de l'Education nationale. Julie Miermont y enseigne à 22 enfants de Très Petite, Petite et Moyenne Sections. Les Grandes Sections, CP et CE sont à Ménétréol-sous-Sancerre, les CM à Thauvenay.
Si je l'ai sollicitée, c'est pour comprendre comment les pédagogies actives peuvent entrer dans une classe d'une école « ordinaire ». J'ai contacté plusieurs enseignants du Cher qui ont généralement accepté de me parler en « off », sans s'exposer, les relations avec leur hiérarchie étant complexes sur ce sujet. Mais Julie Miermont m'a ouvert grand ses portes : depuis trois ans, elle s'inspire de Maria Montessori (2) et depuis peu, elle est la déléguée départementale de l'association « Public Montessori » qui regroupe des enseignants de l'Education nationale sur toute la France (3).

_______________________________________

Sérénité et concentration

_______________________________________

Vendredi 11 janvier 2019 – 9 heures – Ecole publique de Saint-Bouize

Dans le bâtiment de l'école, trois pièces en enfilade : la salle de sieste, la salle dédiée à l'accueil et aux temps collectifs, la salle pour les ateliers. école st bouize 10Dans la deuxième, les 19 enfants présents ce jour-là attendent sagement assis sur de petits bancs. Ils constatent le nombre d'absents – trois – et en profitent pour apprendre comment compter trois sur les doigts. Puis, la responsable du jour, la petite Maëlys, compte les présents ; l'occasion de venir voir sur une frise à quoi ressemble le nombre 19. Tous les regards se tournent ensuite vers le semainier accroché au mur ; une petite silhouette a été placée au vendredi 11 janvier : c'est moi. Les enfants m'ont accueilli avec un « Bonjour Maîtresse Fanny ! » Je les ai remerciés en leur précisant toutefois que je ne suis pas une « maîtresse »...

Comme chaque vendredi, la journée commence par une séance de méditation. Chaque enfant s'allonge sur un des tapis placés au sol et suit la voix posée de l'enseignante : les voici dans la position de l'arbre, de la tortue, du cobra… Dans un premier temps, les corps bougent beaucoup, peinent à se stabiliser, les regards virevoltent. Progressivement, les corps et les yeux se fixent, certains se ferment même. Les petits ventres se gonflent en d'intenses respirations. Ils finissent roulés en boule, les talons posés sur les fesses, le front au sol. Julie Miermont passe un disque, « Calme et attentif comme une grenouille » (4). Les conseils de la petite grenouille les aident à se concentrer. Lorsqu'elle se tait, plus un ne bouge. Les secondes passent. Je retiens mon souffle. Ils ont entre 2 et 5 ans. Et plus un ne bouge.
Doucement, Julie Miermont leur demande de se relever, de ranger les tapis, et c'est dans cet état de sérénité et de concentration qu'ils passent dans la salle des ateliers.

_______________________________________________________________

Respecter les temps sensibles de l'enfant

_______________________________________________________________

Comme à l'école du Chêne Vert (5), les enfants choisissent librement leur activité, parmi toutes celles qui leur sont proposées, rangées dans des étagères. Ils y consacrent le temps qu'ils souhaitent, avant de ranger et de changer d'activité.
Le matériel de la pédagogie Montessori est divisé en quatre grands groupes : vie pratique, sensorielle, langage et mathématiques. Il a été conçu de telle sorte que l'enfant puisse l'utiliser de manière spontanée et autonome, et qu'il puisse s'auto-corriger. A une condition, essentielle : que l'accompagnateur – ici, l'enseignante – lui ait présenté l'activité.

Lindsay a saisi une petite cloche. Elle parcourt la classe en veillant à ne pas la faire tinter. L'exercice l'oblige à faire attention à ses gestes, à sa respiration mais aussi à ses mouvements et aux déplacements des enfants qui l'entourent.école st bouize 2
Amandine est assise dans un petit fauteuil, dans le fond de la classe, un casque audio sur les oreilles et un lecteur MP3 dans la main, le regard fasciné par l'histoire qu'elle est en train d'écouter.
Près d'elle, allongé sur le ventre, Amaury feuillète un grand livre.
D'autres enfants partagent leur lecture.
Noa s'entraîne à entrer des formes dans de petites maisonnettes.
Munie d'une pipette, Thiya se concentre pour introduire du liquide dans les petits trous d'une étoile.
Là, une petite fille se sert de fils pour tracer un dessin. Là-bas, une autre ordonne des pions selon leurs nuances de couleurs. Plus loin, un petit garçon compte jusqu'à 20 le long d'une frise…

A première vue, rien d'extraordinaire. Alors, en quoi ces activités diffèrent de celles pratiquées dans d'autres classes de maternelle ? Elles tiennent compte du rythme individuel de chaque enfant. « Bien sûr, il existe déjà ce qu'on appelle la différenciation en maternelle, notamment par petits groupes, explique Julie Miermont. Mais ici, on remarque que chacun a son temps sensible et on le respecte. »
Parce que nous sommes tous uniques, il y a, pour chacun d'entre nous, des temps pour tout : à commencer par un temps pour venir au monde, pour grandir, pour marcher, sentir ses dents percer, parler… Alors, pourquoi pas, un temps pour apprendre qui soit propre à chacun. « C'est comme si on avait une classe de bébés et qu'on leur annonçait un beau matin : Aujourd'hui, nous allons tous apprendre à marcher ! sourit Julie Miermont. On sait que ça ne fonctionne pas comme ça. Pour le reste non plus. »

____________________________________________________

La place fondamentale de l'adulte

____________________________________________________

école st bouize 6A Saint-Bouize comme à l'école du Chêne Vert, l'enfant n'est pas laissé seul, livré à lui-même. De la même manière que l'adulte suit le bébé de près lorsqu'il fait ses premiers pas, les adultes tiennent une place fondamentale dans les pédagogies actives.

Leur premier rôle est de préparer « l'environnement » ou « ambiance » adéquat.e à une tranche d'âge précise et pour des activités précises. A la rentrée, les étagères sont loin d'être pleines : elles se remplissent au fur et à mesure que les enfants maîtrisent les apprentissages. Ils ne sont pas autorisés à choisir une activité qui ne leur aurait pas été présentée au préalable par un adulte.
De plus, chaque activité comporte des degrés de difficultés progressifs que l'enfant dépassera selon ses propres temps sensibles. Le rôle de l'adulte est alors d'observer précisément chaque enfant, afin de sentir à quel moment il doit lui présenter ou lui représenter l'activité : soit parce qu'elle est nouvelle, soit parce qu'il ne la réalise pas correctement ou parce qu'il peut passer à un nouveau stade.
Grâce à un système d'auto-évaluation, l'enfant peut aussi lui-même faire appel à l'accompagnateur ou l'enseignant. Mais jamais l'adulte ne soulignera « l'erreur », « la faute ». Sur un ton de voix toujours identique et savamment travaillé, il présentera à nouveau l'activité, sans commentaires, jusqu'à ce que l'enfant comprenne et réussisse par lui-même. L'objectif : le détacher du jugement de l'autre, lui donner confiance en lui, et l'envie d'apprendre avant tout pour lui-même et non sous la pression ou pour faire plaisir à un adulte.

_________________________________________________

Des outils de suivi individualisés

_________________________________________________

Durant cette heure d'activité, Julie Miermont reste donc très active. Elle passe d'un enfant à l'autre, veille à ce que chacun soit bien installé, que le matériel soit rangé pour rester accessible à tous, propose une nouvelle activité à un enfant qui ne semble pas pouvoir choisir ce matin-là, répond à un autre qui lui demande de l'aide… « Certains passent parfois du temps simplement à observer les autres, mais cela fait partie des apprentissages. »école st bouize 5

Dans la poche de son tablier, un tableau de suivi sur lequel sont notées les activités qu'elle pourra proposer, si besoin, enfant par enfant. Sur sa tablette personnelle, elle utilise aussi une application intitulée « Je valide » : à chaque enfant sa fiche, qui récapitule, activité par activité, s'il la maîtrise ou s'il est en cours d'apprentissage. « A la fin de la semaine, je fais le bilan et à chaque période de vacances scolaires, je l'envoie aux parents. C'est un outil qui entre parfaitement dans le cadre de l'évaluation positive qui figure dans les programmes depuis 2015. »

A l'école du Chêne Vert (5), les accompagnateurs utilisent Athena, un logiciel conçu spécifiquement pour les écoles alternatives hors contrat et qui fonctionnent sensiblement de la même manière. Avec un objectif différent toutefois : mettre en adéquation les observations des accompagnateurs avec les bases du socle commun (6). Un outil qui sert notamment lors des inspections, mais aussi lorsqu'une famille déménage ou lorsque l'enfant change d'établissement.

_____________________________________

Les parents participent

_____________________________________

école st bouize 8A 10 h 45, les enfants sortent dans la cour et profitent d'une récréation de vingt minutes. Julie Miermont me raconte comment ils ont obtenu le label « Eco-école » (7) ou encore le principe de « l'Ecole buissonnière ». « Tous les mercredis, quelle que soit la météo, nous passons la matinée sur un terrain communal pour découvrir la nature. Certains grands-parents nous accompagnent. »
Kloé s'approche de nous : « Il n'y a plus de fraises », déclare-t-elle en pointant du doigt un petit parterre. Je regarde autour de moi : des carrés de jardin sont disséminés dans la cour. Certes, ils sont plutôt vides en cette période hivernale, mais au printemps, les enfants y cultivent des légumes, grâce aux graines bio fournies par une maman maraîchère.
En attendant, tous les lundis, les parents apportent des fruits qui servent de base à une activité sensorielle de dégustation.

Les relations avec les familles se passent bien. « Lors de la réunion de début d'année, je présente mon fonctionnement et ma pédagogie. Je ne parle pas de Montessori car il ne s'agit pas d'une classe Montessori, mais plutôt de mon inspiration. Maria Montessori elle-même refusait qu'il s'agisse d'une méthode, mais plutôt d'un point de départ pour une remise en question. » L'époque et les enfants ne sont pas les mêmes ; l'adaptation de la pédagogie est incontournable.
Pour favoriser le lien avec les parents, Julie Miermont tient un blog. Elle participe également à « La semaine de la maternelle » en ouvrant sa classe aux familles durant toute une semaine, au mois de mai. « Elles s'inscrivent et peuvent venir voir comment je fonctionne. A partir du moment où on explique et où on partage ce qu'on fait, les parents participent. »

Maëlys sonne la cloche. Il est l'heure de se regrouper dans la salle d'accueil pour un temps collectif. Au programme aujourd'hui : rondes et chansons. Milan, âgé de seulement 2 ans, a sorti son pouce et son doudou. Pierre s'est assis sur un banc ; il ne souhaite pas participer et reste observateur. L'enseignante n'insiste pas. Bientôt, ils prennent le car vers la cantine de Ménétréol-sous-Sancerre. Au retour, ce sera la sieste puis la reprise des activités jusqu'à 16 heures.

_____________________________________________

L'exemple de Céline Alvarez

_____________________________________________

Vendredi 11 janvier 2019 – midi – Ecole de Saint-Bouize

Nous voilà seules pour évoquer la formation et le parcours de Julie Miermont. « J'ai obtenu mon diplôme dans un IUFM (8) de Paris, d'où je suis originaire. Je suis arrivée dans le Cher en 2007, parce que mon mari travaille à la centrale de Belleville. Il faut préciser qu'à l'IUFM, nous étions formés à la maternelle comme au primaire. J'ai d'abord été remplaçante, dans tous les niveaux, et y compris dans des quartiers difficiles de Paris. Dans le Cher, j'ai poursuivi les remplacements, ce qui m'a permis de découvrir les écoles localement. Au moment du Mouvement (9), j'ai demandé Saint-Bouize parce que je m'y étais sentie bien. Il s'agissait déjà d'une classe unique, ce qui me laissait plus de liberté. » Une ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles) est présente à ses côtés toute la journée.

Dans cet environnement « classique », comment a-t-elle découvert les pédagogies actives ? « Par Céline Alvarez. J'ai vu une de ses conférences sur les réseaux sociaux. L'expérience de Gennevilliers m'a beaucoup parlé. J'ai ensuite passé des heures et des heures à regarder tout ce qu'elle publiait, à tout noter. »école st bouize 9

Céline Alvarez. Impossible d'évoquer les pédagogies actives au sein de l'Education nationale sans l'évoquer, elle. Originaire d'Argenteuil, elle suit sa scolarisation dans une école classée ZEP, Zone d'Education Prioritaire. Diplômée d'un master en sciences du langage, elle découvre Maria Montessori dans une école maternelle qui utilise certaines de ses idées et certains de ses matériels. Enthousiaste, elle décide de devenir enseignante, réussit le concours de professeur des écoles en 2009 et occupe son premier poste dans une des villes les plus favorisées de France : Neuilly-sur-Seine.
Rapidement, la jeune enseignante dérange, et pas seulement à cause de son tempérament de feu. Mais parce qu'à ses collègues conservateurs et aux inspecteurs qui la jugent impertinente, elle oppose ses résultats : des élèves qui en savent bien plus que ce qui est jugé possible.
Finalement, l'Education nationale accepte qu'elle prenne en main une classe de maternelle à Gennevilliers, en banlieue parisienne, dans une ZEP classée en « Plan Violence ». Pour valider ses résultats, elle travaille avec une unité de psychologues du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) à Grenoble qui teste les capacités cognitives de tous les enfants à son arrivée et à la fin de l'année scolaire. Les résultats sont spectaculaires : tous les enfants sauf un – absent une majeure partie de l'année – progressent plus vite que la norme, concluent les psychologues dans leur bilan.

L'année suivante, Céline Alvarez fait venir un nouvel expert en psychologie cognitive, Benoît Charlieux, pour mener une évaluation indépendante. Sa conclusion : tous les enfants ont au moins un an d'avance, dans les deux domaines de l'apprentissage que sont la lecture et l'arithmétique.
Céline Alvarez ne manque pas de médiatiser ces résultats. Stanislas Dehaene, que le ministre actuel encense aujourd'hui (lire aussi la rubrique (Re)visiter), presse le ministère d'alors d'appliquer les méthodes de Céline Alvarez à d'autres établissements. C'en est trop pour l'institution. Après trois années de bataille – certains diront d'acharnement – contre les inspecteurs, ses collègues et le ministère lui-même qui a refusé de poursuivre l'expérience à Gennevilliers, Céline Alvarez a démissionné en 2014. Mais elle n'a pas renoncé, a monté une association et collecte des fonds pour faire connaître Maria Montessori au plus grand nombre. Elle travaille aujourd'hui en collaboration avec le ministère de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles en Belgique (10).
Et chez certains enseignants de l'Education nationale en France, elle a planté une graine...

____________________________________________________

Pus loin dans les apprentissages

____________________________________________________

Il y a trois ans, Julie Miermont a donc décidé de se remettre en question. école st bouize 1Elle a réorganisé sa classe et acquis progressivement du matériel propre aux pédagogies actives. « Il en faut en grande quantité puisque chaque enfant doit pouvoir avoir le choix », rappelle-t-elle. Mais pour Montessori, le matériel ne représente que 20 % du résultat. La préparation de l'environnement et la posture de l'enseignant sont très importants. « J'ai beaucoup travaillé sur moi, reconnaît Julie Miermont. Ma façon de parler, de prendre le temps, de ne pas mettre de pression, d'être bienveillante et aussi, de faire davantage confiance à l'enfant. Au départ, ce n'est pas évident car lorsque vous êtes avec un enfant, les 21 autres sont autonomes. »
A-t-elle constaté des différences de comportements, de résultats depuis l'introduction de cette pédagogie ? « Oui. Lorsqu'on est posé, par mimétisme, les enfants sont plus calmes. En termes d'apprentissage, ils vont beaucoup plus loin qu'avant, notamment en numération et en pré-lecture. Ce qui est intéressant, c'est d'observer combien il leur est facile d'apprendre lorsque cela correspond vraiment à leur période sensible. C'est naturel, c'est dans l'ordre des choses. »

A-t-elle rencontré des difficultés avec sa hiérarchie ? « L'inspecteur du Cher Nord est très ouvert, à partir du moment où on respecte les objectifs du programme et que la liste des compétences est atteinte en Grande Section. » Et pour une transition douce vers le site de Ménétréol-sous-Sancerre qui ne fonctionne pas comme elle, Julie Miermont prépare les Moyennes Sections. « A la fin de l'année, pendant la sieste des petits, je les habitue à s'asseoir à une place déterminée et à une activité collective, imposée. Il n'y a aucun problème : ils s'adaptent. »

________________________________________

Une liberté qui interroge

________________________________________

Les critiques ou les objections viennent finalement rarement de l'intérieur, mais plutôt de ceux qui, plus éloignés, observent avec circonspection la liberté laissée à l'enfant dans la classe. « De loin, cette liberté peut interroger. Mais l'enseignant est un vrai guide et il y a de vraies règles. »
Les règles de la vie dans l'école bien sûr, mais aussi celles qui entourent la réalisation d'une activité. école st bouize 4Avec une différence notable d'état d'esprit : dans la plupart des pédagogies actives, la « contrainte » est là pour permettre à l'enfant d'apprendre et de savoir réagir positivement. Non pas pour l'habituer aux obligations de notre monde capitaliste.
Le fait même de le responsabiliser, de le rendre autonome, suppose de le confronter à des « contraintes ». Par exemple, à l'école du Chêne Vert, lorsqu'un enfant prépare du pain pour le goûter et qu'il renverse de la farine par terre, il sait qu'il doit nettoyer. Lorsqu'il casse un objet, c'est lui qui le répare.
Par là même, l'adulte prend en compte l'enfant comme être à part entière et lui signifie qu'il lui fait confiance, qu'il est capable.

En cela, de mon point de vue, les pédagogies actives ne peuvent être bien comprises qu'à la condition de garder à l'esprit que la pédagogie est étroitement liée à la politique, au sens philosophique du terme. Quels êtres l'Education nationale entend-elle former ? Des citoyens, respectueux des règles de la vie en démocratie et des institutions, et des consommateurs qui sauront s'adapter au monde qui les entoure ?
Les pédagogies actives ont un tout autre dessein. « Je ne crois pas que nous devons préparer les enfants au monde de demain. Car le monde de demain, c'est eux », dit la documentariste Stéphanie Brillant, auteure du film « Le cerveau de l'enfant ». Les enfants d'aujourd'hui sont ceux et celles qui transformeront le monde demain. Pas parce qu'ils auront appris à lire, écrire et à compter pour « gagner leur vie » et vivre plaisamment. Mais parce qu'ils sauront ce que veut dire choisir, être autonomes et empathiques, découvrir, vivre à son rythme et être soi. Personne n'a dit que c'était le chemin le plus facile. Il est courageux, exigeant et plein d'embûches. Mais c'est sans aucun doute le plus sûr chemin vers la liberté.

Fanny Lancelin

(1) Lire le numéro 20 de (Re)bonds, « Une autre école est possible - épisode 1 », rubrique (Ré)acteurs, accessible depuis le menu Archives en haut à droite.
(2) Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne (1870-1952). Lire aussi la rubrique (Re)visiter du numéro 20 de (Re)bonds.
(3) http://www.public-montessori.fr/
(4) « Calme et attentif comme une grenouille », de Eline Snel, illustrations de Marc Boutavant, traduction de Jacques Van Rillaer (éditions les Arènes).
(5) Ecole du Chêne Vert à Plaimpied-Givaudins près de Bourges. Lire le numéro 20 de (Re)bonds, « Une autre école est possible - épisode 1 », rubrique (Ré)acteurs, accessible depuis le menu Archives en haut à droite.
(6) Le socle commun : « Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture présente ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire. Il rassemble l'ensemble des connaissances, compétences, valeurs et attitudes nécessaires pour réussir sa scolarité, sa vie d'individu et de futur citoyen (...) La maîtrise du socle est nécessaire pour obtenir le diplôme national du brevet (DNB). » Source : www.education.gouv.fr
(7) Label Eco-école : label international d'éducation au développement durable. Plus de renseignements sur https://www.eco-ecole.org/
(8) IUFM : Institut Universitaire de Formation des Maîtres.
(9) Mouvement : période de l'année où les enseignants et personnels de l'Education nationale peuvent demander une affectation.
(10) https://www.celinealvarez.org/

 

Témoignages

  • Suite à la publication du premier épisode, le 15 décembre 2018, (Re)bonds a reçu de nombreuses questions, notamment sur le positionnement et le rôle des parents dans des écoles telles que le Chêne Vert (1), ainsi que sur la mixité sociale. Pour y répondre, je devais participer au café des familles organisé une fois par mois à Plaimpied-Givaudins mais annulé pour cause de rassemblement national des gilets jaunes à Bourges, toute proche. Deux mamans ont accepté de répondre aux questions par téléphone. Voici leurs témoignages.

    Karine Girod, maman de Léandre, 3 ans

    Malgré une scolarisation dans l'Education nationale « sans aucun problème » et « de bons résultats », Karine Girod a souhaité offrir un autre chemin à Léandre, son premier enfant. « Je ne pense pas que l'Education nationale soit adaptée aux enfants d'aujourd'hui, surtout en terme de respect de leurs rythmes. »
    Dès la naissance de Léandre, elle a beaucoup lu sur l'éducation positive et bienveillante, et c'est ainsi qu'elle a découvert les pédagogies actives. Tout juste arrivée dans le département du Cher, elle a effectué des recherches sur Internet et trouvé l'école hors contrat du Chêne Vert.
    « Nous avons eu un premier contact par mail avec Marie (la présidente de l'association, ndlr) et nous avons assisté à la fête de l'école. Nous avons découvert la structure avec la yourte, rencontré les accompagnateurs et les autres parents. Le fait que le Chêne Vert soit une école parentale nous plaisait, nous trouvions ça bien pour le partage de savoirs. » Léandre passe alors ses journées dans une crèche déjà dite « bienveillante ». Lors de sa rentrée, l'enfant n'est donc pas perturbé par l'ambiance de l'école. Le premier mois, il partage son temps entre la crèche et le Chêne Vert, avant d'être complètement scolarisé.
    Quels progrès Karine Girod a-t-elle remarqué depuis ? « Il a fait un bond au niveau de l'autonomie, en quelques semaines seulement. Il est fils unique alors à la maison, nous avions sans doute tendance à tout lui faire. »
    Comme l'ensemble des parents, la maman de Léandre doit des heures de permanence, mais elle a décidé de s'investir davantage, au conseil d'administration mais aussi dans les activités : « A partir de la semaine prochaine, je vais proposer une demi-heure de pleine conscience le matin, pour gagner en calme. Nous allons faire un essai. »
    Lorsqu'on l'interroge sur le coût de l'école qui ne favoriserait pas la mixité sociale, elle marque un temps de réflexion : « Je crois que lorsque c'est un véritable souhait, on s'organise. En arrivant dans la région, j'ai été des mois au chômage, nous vivions sur un salaire. Nous sortions moins, nous faisions des choix… C'est vrai que nous n'avons qu'un enfant, mais le tarif est dégressif. Et en Haute-Savoie d'où nous venions, les écoles alternatives coûtaient le double, alors celle-ci nous a paru abordable ! Peut-être qu'il n'y a pas de familles issues de classes très défavorisées, mais il n'y a pas que des familles favorisées non plus. »

    Stéphanie Mander, maman de Louis, 9 ans

    Louis a connu l'école publique de l'Education nationale. Il est arrivé à celle du Chêne Vert il y a quelques mois seulement, en octobre dernier. « Nous cherchions quelque chose de différent, explique sa maman. Nous avons découvert l'école par hasard, par le biais d'une amie qui cherchait une maison à Plaimpied-Givaudins et s'était renseignée sur les écoles existantes. »
    Quels problèmes rencontrait Louis ? « Il n'était pas à l'aise avec le système classique. Il n'était pas au maximum de ses capacités. Beaucoup de choses ne l'intéressaient pas à l'école, je le sentais éteint, alors que par ailleurs, c'est un enfant très curieux. Il n'avait pas de problème de comportement, c'est un enfant très calme, mais ça n'allait pas. »
    Par téléphone, Stéphanie Mander prend contact avec l'école du Chêne Vert et la visite avec Louis. « Il était d'accord pour venir mais intuitivement, je sentais qu'il voudrait rester dans son ancienne école, que l'inconnu lui faisait un peu peur. Mais au fur et à mesure que Marie lui présentait le fonctionnement, je l'ai vu s'ouvrir, s'intéresser et finalement, accepter de faire une semaine d'essai. Dès le premier jour, on a vu qu'il allait mieux. »
    Son petit frère de 7 ans et sa sœur de 4 ans sont toujours scolarisés dans l'école publique proche de chez eux. « Notre choix, ce n'est pas contre l'Education nationale. Louis a eu des instit' super et il adorait sa maîtresse. Il a gardé des copains de là-bas. Mais dès le début de sa scolarisation, ce système ne lui a pas convenu. »
    Comment mesure-t-elle ses progrès ? « Il n'y a pas de devoirs ni de cahier du jour, et Louis raconte peu ce qu'il fait. Mais nous avons des entretiens réguliers avec Pierre et Aurélie, les accompagnateurs. Les domaines d'activités sont plus variés que dans une école « classique », ce qui lui plaît beaucoup. L'objectif n'était pas forcément qu'il apprenne davantage d'ailleurs, mais plutôt différemment et qu'il se sente mieux. Je crois que les autres parents des enfants arrivés en cours d'année pourraient vous dire la même chose. »
    Le principe de libre choix des activités pose-t-elle question ? « Bien sûr, en tant que parent, on se demande si l'enfant ne va pas aller uniquement vers ce qu'il connaît. Mais on se rend compte qu'il apprend mieux parce qu'il est prêt, et que les adultes présents accompagnent beaucoup. » De la même manière, s'inquiète-t-elle de la transition, bientôt, avec le collège ? « Le Chêne Vert a un projet d'une structure collège. Si elle ouvre d'ici là, on verra. Mais je ne m'inquiète pas trop s'il faut aller à l'extérieur, car ici, ils gagnent tellement en autonomie qu'à mon avis, ils seront suffisamment préparés. »
    Pour l'instant, Stéphanie Mander a donné de son temps pour le covoiturage nécessaire à l'activité de piscine. Son mari, enseignant, proposera bientôt des ateliers d'activités physiques et sportives.
    Quant à la question du coût… « C'est un choix de faire ce « sacrifice ». J'imagine bien que cela peut représenter un frein, surtout lorsqu'il y a plusieurs enfants scolarisés, mais j'ai le sentiment que les familles viennent d'horizons divers. L'association cherche des sources de financement et la participation des parents peut diminuer le coût. Le périscolaire est aussi moins cher que dans les écoles de Bourges. »

    A lire également : le témoignage de la famille Iltis dans la rubrique (Re)découvrir.