L'Accointance : le bar associatif de Neuvy-deux-Clochers se réveillera-t-il ?

D'abord « Bar du Coin », puis « Accointance », le bar associatif de Neuvy-deux-Clochers (18) pourrait vivre une troisième vie. Mis en sommeil cette année, il devrait se réveiller avec une nouvelle forme de gouvernance : une collégiale. Le projet a été présenté les 15 et 16 septembre.

La vie de l'Accointance (ex-Le Bar du Coin) n'a jamais été un long fleuve tranquille. Dès la première ouverture, en juillet 2012, il faisait l'objet d'attaques de cafetiers et de restaurateurs, craignant une supposée concurrence qu'ils jugeaient déloyale. Pensez : une ouverture par mois uniquement aux beaux jours… il allait sûrement faire couler de nombreux établissements, ce petit rade !

Pourquoi ne pas plutôt s'interroger sur les raisons qui poussent les habitants d'un village à se prendre l'envie d'ouvrir leur propre café ? Un manque, peut-être ? D'un supplément d'âme que ne savent pas offrir la plupart des lieux de consommation « classiques » ? Le besoin de s'auto-gérer ? De définir ensemble ce qu'on veut faire et comment on veut le faire ? Une association, quoi ! Comme il en existe 1.300.000 en France (1).
Et pourquoi les lieux de rassemblements tels que les cafés devraient être réservés au domaine du commerce, de la marchandisation ? Pourquoi ne pourrait-on pas imaginer d'autres formes de convivialité sans penser rentabilité ?

Mais non à la réflexion. Un restaurateur alla même jusqu'à déposer plainte. Plainte qui n'a pas abouti jusqu'à aujourd'hui.

Un lieu de rencontres et de convivialité

Lorsque le Journal Officiel promulgua la création du Bar du Coin le 11 octobre 2011, l'objet de l'association était défini ainsi : « création d’un lieu de rencontres et de convivialité sous la forme de « bar associatif », afin d’animer et améliorer la qualité de vie des habitants de Neuvy-deux-Clochers ».

En 2015, pour ménager les susceptibilités et gommer la connotation commerciale, les adhérents réunis en assemblée générale changèrent le nom et optèrent pour L'Accointance (2). L'objet restait le même, le principe aussi : ouvrir une fois par mois, du printemps aux portes de l'hiver. A chaque rendez-vous : un concert, une pièce de théâtre, une projection de film, une conférence, un débat, un spectacle jeune public ou encore un stage de chant...

Le lieu – une ancienne chèvrerie d'environ 100 m² situé sur le magnifique site de la Tour de Vesvre – est mis à disposition par la mairie de Neuvy-deux-Clochers. Mais, ne disposant d'aucun mode de chauffage, il ne peut être utilisé durant les mois d'hiver, plutôt rudes dans le Berry.

accointanceUne mise en sommeil pour apaiser les tensions

Aujourd'hui, l'association compte un peu plus de 200 adhérents et sa « mailing list » 600 contacts. A chaque ouverture, le public répond présent et vient bien au-delà de la commune de Neuvy-deux-Clochers. Comment le sait-on ? Pour consommer, chacun.e doit adhérer à l'association. Une disposition légale, obligatoire.
Mais au fil des années, les équipes des conseils d'administration se sont essoufflées, voire ont peiné à s'entendre. Les tensions se sont multipliées.

La dernière assemblée générale a dû prendre une décision. « Il y avait trois possibillités, rappelle Régine Legros, bénévole depuis cinq ans et ancienne membre du conseil d'administration. Soit on fermait ; soit une nouvelle équipe repartait immédiatement ; soit on mettait en sommeil. » La troisième solution est choisie et déclarée en préfecture. Régine Legros et Nicolas Rivière (bénévole depuis quatre ans et ancien membre du conseil d'administration) se proposent de veiller sur l'association. Jean-François Turpault, également ancien membre du Conseil d'administration, reste trésorier.
« On voulait que l'association revive, on ne voulait pas la dissoudre, explique Régine Legros. C'est un lieu magique et, même si les ouvertures sont longues à préparer, il y a à chaque fois une telle ambiance ! »

La collégiale : un mode de gouvernance plus juste

L'Accointance est donc restée portes closes cet été. Mais il a rouvert exceptionnellement les samedi 15 et dimanche 16 septembre. Au programme notamment : la présentation d'un nouveau projet.
Régine Legros et Nicolas Rivière ne sont en effet pas restés les bras croisés : ils ont travaillé à une refonte des statuts, afin de modifier le mode de gouvernance. « Nous proposons une collégiale, pour éviter la concentration des pouvoirs, pour que chacun puisse s'exprimer. »

S'inspirant d'associations locales ayant déjà adopté ce principe (par exemple, La Brèche à Morogues), les nouveaux statuts prévoient une gouvernance qui ne s'appuie plus sur le trio président-secrétaire-trésorier ou un conseil d'administration. Mais un ensemble de sept à huit référents, organisés en groupe de responsabilités : trésorerie, secrétariat, gestion des stocks, programmation… Les rapports entre les membres de la collégiale sont ainsi mieux équilibrés, plus justes. « Dans les réunions, nous aimerions que la parole soit plus ouverte. A chaque fois, seront désignés par l'équipe un animateur, un modérateur, un secrétaire de séance... »

Renforcer les liens avec les associations locales

La raison d'être de l'association ne changerait pas. Régine Legros et Nicolas Rivière proposent que les relations avec les associations locales soient renforcées, par exemple en organisant des animations conjointes. « On voudrait ouvrir à date fixe, tous les deuxièmes week-ends du mois, pendant deux jours, pour mieux coller au programme des Amis de la Tour de Vesvre. » Ils citent également la ludothèque itinérante Micado ou encore la Cathédrale de Jean Linard.
Tous deux aimeraient faire partie de cette nouvelle équipe. Ils cherchent donc environ six personnes pour les rejoindre. L'assemblée générale aura lieu en mars, avant, espérons-le, une nouvelle saison qui tirera l'association de son sommeil.

Fanny Lancelin

(1) Source : www.associathèque.fr
(2) Accointance, n.f. (ancien français acointier, faire connaissance) : relation, liaison avec d'autres personnes, avec un milieu déterminé (dictionnaire Larousse 2018).

PLUS

  • Contact. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.