La filière biologique en région Centre – Val de Loire

Jérôme Laby et Danielle Wharmby (rubrique (Ré)acteurs), sont maraîchers et leurs légumes sont labellisés AB (Agriculture biologique). Selon eux, il reste de la place pour que d'autres "bios" s'installent dans le Cher. Mais où en est vraiment la filière dans le département et la région ?

 

légumesEn sept ans, entre 2008 et 2015, la SAU (*) en bio a plus que doublé dans la région, passant de 0,9 % à 2,2 %.

On compte ainsi :

  • 946 exploitations bio (10e rang français)
  • 51 449 hectares en bio et conversion (10e rang français)
  • 2,2% de la SAU en bio (12e rang français)
  • 478 opérateurs aval bio, c'est-à-dire transformateurs et distributeurs (12e rang français).
  • Dans le Cher, en 2015, la part des exploitations en bio est de 4 à 5 %, comme dans le Loiret. Elle est de 2 % dans l'Eure-et-Loire, 3 % dans l'Indre et dans le Loiret, 7 % en Indre-et-Loire.

 

Dans le Cher, en 2015, on compte :

  • 176 exploitations, soit une progression de 23,1 % par rapport à 2014 ;
  • 8 278 hectares en bio, soit une progression de 6,1 % par rapport à 2014 ;
  • 9 transformateurs et 2 distributeurs.

En nombre d'exploitations et en surface, le Cher est ainsi à la 2e place de la région. Le département le mieux doté étant l'Indre-et-Loire avec 293 exploitations ( + 14 % par rapport à 2014) et 9 292 hectares en bio ( + 5,4 % par rapport à 2014).

Les surfaces certifiées bio et en conversion se répartissent entre :

  • les céréales ;
  • les oléagineux ;
  • les protéagineux ;
  • les légumes secs ;
  • les légumes frais ;
  • les fruits ;
  • la vigne ;
  • les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) ;
  • les surfaces totales en herbe (STH) ;
  • les cultures fourragères ;
  • autres.

vignesDans le Cher, en 2015, la majorité des surfaces concerne les céréales (2 679 hectares en bio et 2 251 en conversion), les STH (2 285 hectares en bio et 639 en conversion), les cultures fourragères (1 953 hectares en bio et 858 en conversion). Viennent ensuite les protéagineux (365 hectares en bio et 293 en conversion), la vigne (275 hectares en bio et 80 en conversion), les oléagineux (258 hectares en bio et 895 en conversion), les autres productions (184 hectares en bio et 117 en conversion), les légumes secs (131 hectares en bio, pas de conversion prévue), les légumes frais (104 hectares en bio et 1en conversion), les fruits (33 hectares en bio et 27 en conversion), les PPAM (11 hectares en bio, pas de conversion prévue).
A noter : la forte progression à venir du côté des céréales avec 2 251 hectares en cours de conversion, mais aussi les oléagineux avec 895 hectares en cours de conversion. Dans l'ensemble de la région Centre – Val de Loire d'ailleurs, l'évolution des surfaces consacrées aux oléagineux est importante : entre 2014 et 2015, elle a progressé de 81 % ; 1 296 hectares sont déjà en bio et 1 299 sont en conversion.

Enfin, concernant l'élevage en mode de production biologique, dans le Cher en 2015, on compte :

  • 1 186 vaches allaitantes ;
  • 137 vaches laitières ;
  • 1 271 brebis à viande ;
  • 205 chèvres ;
  • 66 truies ;
  • 122 950 poulets de chair ;
  • 6 132 poules pondeuses ;
  • 425 ruches.

Dans l'ensemble de la région, l'élevage progressant le plus par rapport à 2014 est la production de vaches laitières (+ 9 %). En revanche, la production de truies diminue (- 12 %).

(*) SAU : Surface agricole utile.

Sources & contacts

Source : Agence française pour le développement de l'agriculture biologique (http://www.agencebio.org) et BioCentre (http://www.bio-centre.org).

Pour le département du Cher, le Groupement des agriculteurs biologiques et biodynamiques (Gabb 18) est basé à Saint-Doulchard.
Contacts : 02.48.26.43.43. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.